L'ABEILLE NOIRE

 

Nos collègues

Nous travaillons aux côtés de l’abeille noire, l’espèce locale endémique. Elle est adaptée au biotope local, rustique et excellente gestionnaire.
Les abeilles sont des insectes sociaux, l’individu c’est l’essaim complet. Les abeilles sont organisées en trois castes.


La cohésion du nid est maintenue par la reine qui pond les œufs et assure la descendance.
Les mâles dits « faux-bourdons » fécondent la reine.


Les abeilles ouvrières tiennent plusieurs rôles successifs essentiels au nid. À la naissance une abeille est nettoyeuse, puis nourrice, et cirière (maçonne ou architecte). L’abeille s’occupe ensuite de la reine et des autres ouvrières, puis devient stockeuse, gardienne et enfin butineuse : spécialisées en récolte de pollen, de nectar, d’eau et de propolis.


Les capacités admirables de ces insectes, nous renvoient en miroir nos vains efforts de maîtrise. Dès lors partisans d’une apiculture simple il s’agit de suivre et d’apprécier le cycle naturel des abeilles, et non l’inverse. Nous observons leur fonctionnement et nous y adaptons. L’abeille est capable de s’adapter seule à son environnement, c’est pourquoi nous faisons nos essaims quand elles déclenchent l’essaimage.


L’abeille noire a une capacité incroyable de réaction. Lorsque le beau temps arrive soudainement, nous observons son ardeur au travail phénoménale. Très économe, l’abeille endémique accumule du surplus de miel, lui assurant de traverser l’hiver.

nos-collègues.jpg
Leur-habitat-web.jpg

Leur habitat

Nos abeilles vivent dans des ruches Dadant 10 à 12 cadres.


En ruchers fixes, nos emplacements sont repartis dans les endroits les plus préservés possible sur un rayon de 30 kilomètres. Aux orées Nord-Ouest et Est de la forêt du Gâvre, chez des particuliers, dans des parcs de châteaux, et chez nos amis et partenaires agriculteurs.
Le bocage de Haute-Bretagne est composé de haies de prairies et de forêts. Il offre ainsi aux abeilles une flore naturelle diversifiée qui présente de nombreuses plantes mellifères.


Grâce à l’agriculture biologique, sont apparues il y a une dizaine d’années des floraisons mellifères non traitées, telles que la féverole et la vesce.
Les haies abritent le noisetier, ressource idéale pour les abeilles en sortie d’hivernage, complétée par le saule marsault, l’épine noire, l’aubépine…
Les prairies naturelles les friches et les forêts regorgent également de pissenlits, centaurées et bourdaines.
Notre miel de fleurs présente une dominante ronce, châtaigner et trèfle blanc.
Les haies et les bois sont aussi peuplés de merisiers.


Nous apprécions aussi installer les abeilles près des bourgs, elles y trouvent de nombreux parterres de fleurs mellifères chez leurs habitants. Dans les jardins et les vergers il y a aussi les arbres fruitiers, pommiers, poiriers, cerisiers, pêchers… très mellifères.
L’environnement bocager du Nord-Loire abrite des zones de marais, aux abords du canal, de l’Isac, de la Vilaine ou encore le marais de murin à Masserac. On y trouve les saules et la jussie, une plante invasive et dévastatrice mais profitable aux abeilles car très mellifère.


Par les mérites de l’agriculture biologique, la préservation des haies et la qualité des clos du bocage, les abeilles profitent ici de la grande diversité de la flore. Ainsi en ruchers fixes il est possible d’observer une palette variée de miels et de pollens.

Leur travail

​L’abeille permet la fécondation croisée des fleurs. C’est l’insecte pollinisateur principal de la planète.
La ruche est pourvoyeuse de trésors de la nature. Le miel est un produit unique. Révélé par l’alliance entre les règnes végétal et animal ; le nectar de la fleur ne saurait devenir miel sans les enzymes naturelles transmises par l’abeille.
C’est une parfaite symbiose.

Le miel, c’est l’énergie des abeilles. Cicatrisant naturel, il contient notamment de l’eau oxygénée.
Le pollen, c’est la protéine des abeilles. Il contient des vitamines et des acides aminés.
La gelée royale est la clef du développement de la colonie. Elle est donnée à toutes les larves les premiers jours, puis aux seules larves de reines. C’est un revitalisant et stimulant puissant.
La propolis c’est le ciment des abeilles. Dotée de propriétés antiseptiques, toutes les alvéoles en ont un filet protecteur et hygiénique. Substance résineuse, la propolis est récoltée par les abeilles sur les bourgeons des arbres. Dans la ruche les abeilles l’utilisent pour boucher les trous, et coller les rayons. Lorsque des cadavres ennemis ou congénères ne peuvent être retirés de la ruche, les abeilles les embaument de propolis, empêchant ainsi la putréfaction. Cet usage de propolis, fut repris en leur temps pour l’embaumement du corps des pharaons.
La cire, c’est l’entrepôt des abeilles, il faut 8,5 kg de miel pour produire 1 kg de cire.


Un des mystères absolu de la nature reste la forme géométrique de construction en alvéole. Conçue par les abeilles, c’est la forme la plus solide dans la nature. L’alvéole présente une résistance mécanique inouïe ! Confectionnées de cire, matière légère, mais capable de supporter des kilos de miel. C’est un entrepôt que ne peut s’effondrer. Mécaniquement parfaite, cette géométrie des abeilles garantie la répartition égale du poids.

Après des années d’apiculture nous découvrons toujours de nouvelles informations sur les abeilles. Admiratifs de leur travail, d’une année à l’autre ce n’est jamais pareil dans un rucher, ni dans une ruche. C’est la part magique des abeilles.

Leur-travail-web.jpg